Promenons-nous … à Marseille !

 » Promenons-nous dans les bois …euh, non … à Marseille !  »

Vous avez de la visite ?

Vous souhaitez sortir ce weekend ?

Nos apprenant-e-s du groupe débutant vous proposent leurs itinéraires… l’occasion pour eux de (re)travailler la localisation et d’indiquer un itinéraire …

Publicités

Un atelier écrit autour de l’ombrière du Vieux Port de Marseille

Avec ou sans dictionnaire, ça travaille dur à partir de la micro-fiction « Miroir, mon beau miroir » qui fait référence à l’ombrière du Vieux-Port de Marseille.

Luigi, Chiara, Juliana et Marcos planchent sur le sujet suivant :

« La réalisation de l’ombrière sur le Vieux Port de Marseille a coûté plus de 45 millions d’euros (coût partagé entre la municipalité, la communauté, le département et la région).
Vous êtes journaliste étranger, de passage à Marseille : vous écrivez un article pour un journal à propos de  cette ombrière.
(N’oubliez pas de donner votre opinion personnelle à propos de cette œuvre) »

Un grand merci  à Fred Dettwiller et son site « On va pas en faire une histoire »

Une micro-fiction : « La vraie nature du pouvoir »

Dans le cadre d’un atelier écrit avancé, nous avons travaillé cette semaine chez IDL à partir d’une micro-fiction écrite par Frédérique Dettwiler intitulée « La vraie nature du pouvoir ».

Cette talentueuse auteure, également formatrice de Français Langue Etrangère, est spécialisée dans la micro-fiction.
Les micro-nouvelles (aussi parfois appelées micro-roman) consistent en un récit rédigé en un nombre extrêmement restreint de mots.
Fred Dettwiler propose sur son blog (On va pas en faire une histoire) une sélection d’une trentaine de ses micro-fictions : une mine d’or pour les professeurs de français !
Il existe d’ailleurs également pour certains de ses textes des fiches pédagogiques prêtes à l’emploi.

C’est le texte intitulé « La vraie nature du pouvoir » (la vraie nature du pouvoir) qui a été étudié lundi après-midi lors de notre atelier.

Voici  quelques images de l’atelier et les impressions des étudiants à propos du texte :

« J’ai bien aimé le texte. C’est une bonne comparaison entre la vie réelle et le monde fiction.C’est une façon d’expliquer le pouvoir de l’argent dans la vie quotidienne et comme ce pouvoir peut changer l’homme. » Natalia, ( Bogota,Colombie)

 

 » J’ai trouvé ce texte intéressant mais très triste. C’est terrible ce qui se passe avec les petites villes. Les exodes pour les grandes villes sont très durs pour les enfants. Ils perdent leur innocence tout à coup, c’est dommage. » Luciana (Rio de Janeiro, Brésil)

 

« Pour commencer, je peux dire que ce texte est très intéressant et très important pour montrer la réalité de notre civilisation et l’influence négative de l’argent. C’est le grand problème! Malheureusement l’influence occidentale exerce un grand pouvoir sur les autres cultures » Marcos (Rio de Janeiro, Brésil)

 

Retour vers le FUTUR…

Le 21 octobre 2015 : la date à laquelle le héros du film « Retour vers le futur » Marty McFly se retrouve à notre époque. Et, à l’Institut Destination Langues, nous nous sommes réunis pour regarder le premier film de la célèbre trilogie afin de fêter l’occasion. Merci à Luigi pour avoir organisé cet après-midi !

Mettons-nous un moment à la place de Marty, et rassemblons quelques-unes de nos attentes pour l’avenir. Les étudiants de l’ecole ont répondu à ce petit questionnaire …

Comment imaginiez-vous ‘le futur’ quand vous étiez petit ?

‘Quand j’étais petite, j’ai imaginé que je pourrai voler comme un oiseau’ Saaya

‘Je ne me rappelle pas de mon enfance !! Je ne sais pas ! Peut-être que j’imaginais une enfance éternelle ?!’ Niall

‘Quand j’étais petite, j’imaginais le futur comme une grande surprise’ Silvia

‘Quand j’étais petite, j’imaginais que les animaux apprennent à parler avec les gens. Je ne sais pas dans quelle langue !’ Aisuluu

Où iriez-vous si vous aviez une machine à voyager dans le temps et pourquoi ?

‘Si j’avais une machine à voyager dans le temps, j’irais dans le passé, quand j’étais lycéenne. Je me donnerais des conseils, ‘étudie bien !’ parce que je peine pour apprendre le français maintenant…’ Saaya

‘Les années 80, pour regarder, écouter et rire ! J’ai raté la folie !’ Niall

‘J’aimerais vivre à l’époque du Charleston pour la danse et pour les vêtements de cette période.’ Silvia

‘Je voudrais voyager dans les années 1960-1970 en Angleterre, parce que j’adore le rock classique et je voudrais voir comment naissent de nouveaux courants musicaux.’ Aisuluu

Quelles sont vos prédictions pour la vie en 2045 ?

‘Peut-être qu’on pourra se maquiller en un instant !’ Saaya

‘Hahaha ! J’espère que je serai heureux et parlerai français ! J’aimerais être très actif, ce serait parfait pour moi !’ Niall

‘On pourra aller sur la lune pour parler avec des « luniens ».’ Silvia

 ‘La terre débordera de gens et beaucoup d’espèces d’animaux disparaitrontAisuluu

Rebecca Kennaugh

Photo- fbcoverstreet.com

L’atelier en chantant …

Charles-Trenet_Dessin_de_Jean_Cocteau_Capture

(Trenet, dessin de Jean Cocteau)

Pendant l’année 2013 nous fêtons le centenaire de la naissance d’un chanteur célèbre : Charles Trenet et dans l’atelier écrit niveau 1 où nous travaillons sur le thème découvrir  la France en chansons,

 les élèves lui rendent hommage avec un petit commentaire sur la chanson « boum » ….

et tous les cœurs font boum !

Dans cette chanson Charles Trenet parle d’amour à travers les petites choses de la vie quotidiennes : on croirait que le texte est écrit par un enfant car les objets et les animaux s’expriment, les images sont simples, tout est naïf…L’époque de cette chanson c’est une période entre deux guerres et c’est un chant qui donne l’espoir qui parle du goût de vivre ; la frivolité n’est qu’une apparence, le message c’est que l’amour peut transformer le monde et le bruit du cœur qui bat, « qui fait boum », nous accompagne dans cet espoir !

Texte collectif : Susan, Odile, John, Alex.