Le Musée des Beaux-Arts, Marseille: Une visite guidée 

Pour la dernière sortie culturelle, les étudiants d’IDL avec Julien, ont été invités à découvrir le plus ancien musée de Marseille, le Musée des Beaux-Arts, abrité dans le Palais Longchamp. Le musée, créé en 1801, possède une collection très riche de peintures, dessins et sculptures, pour la plupart des créations des artistes méditerranéens. Il y a plus de 8000 œuvres du XVIème jusqu’au XIXème siècles. Notre guide dynamique et plein d’humour, Mika Biermann, a donné vie pour nous à une petite sélection.

DSC_0154

Group Destination Langues Marseille

On a commencé notre visite dans la salle dédiée à l’un des artistes les plus connus du courant baroque, Pierre Puget, qui est né et mort à Marseille. Le regard est attiré par son chef-d’œuvre, La rencontre d’Alexandre et de Diogène de Sinope’ (l’original en marbre, est au Louvre). Il a été créé pour Louis XIV au château de Versailles, et apparemment l’artiste a mis 18 ans à l’achever ! Ce bas-relief – une technique de sculpture qui exige de tailler dans la matière pour la rendre tridimensionnelle- dépeint la rencontre anecdotique entre Alexandre le Grand et le philosophe Diogène de Sinope. Le philosophe était connu pour son choix de vivre une vie simple – à la limite de la pauvreté – afin de critiquer la société corrompue dans laquelle il vivait. L’œuvre de Puget illustre le refus de Diogène de tout ce qui est matériel de la part d’Alexandre, lui demandant plutôt de se déplacer parce que sa silhouette obstrue la lumière du soleil : « Ôte-toi de mon Soleil ! ». Comme Mika nous l’a expliqué, la sculpture est assez ironique en tant que cadeau pour Louis XIV, si on se rappelle que son surnom était le Roi Soleil.

Destination Langues Marseille Alexandre et Diogène

Dans la pièce voisine, la Chasse au sanglier’ du peintre flamand baroque Peter Paul Rubens, est une critique à peine déguisée de la haute société. L’aristocrate mène la chasse, mais à y regarder de plus près, son épée tordue et son positionnement maladroit sur son cheval révèlent son inutilité. La vraie source de la puissance physique provient des chasseurs qui, en fin de compte, rentreront bredouilles.

Carlos Beaux Arts Destination Langues Marseille

Puis nous sommes  montés au premier étage, qui abrite les collections des XVIIIème et XIXème siècles. En haut des deux grands escaliers sur les murs opposés il y a  deux grandes peinture murales de Pierre Puvis de Chavannes, qui dépeignent l’histoire de la ville : Marseille, colonie grecque’, et ‘Marseille, porte de l’Orient’, les deux datant de 1869.

 

Le XVIIIème siècle est aussi représenté par les œuvres d’une femme peintre. Un changement agréable dans un musée plutôt dominé par des hommes, Françoise Duparc, fille d’un sculpteur marseillais connu, a fait don de ses peintures à la mairie de Marseille dans son testament ; ce sont seulement les quatre peintures retrouvées après sa mort qui sont exposées au Musée des Beaux-Arts. Son travail est modeste, et rendu d’autant plus exceptionnel quand on regarde les tableaux de la noblesse sur le mur opposé. ‘La Vieille’ montre une femme âgée qui cache ses mains, rougies et endolories à cause d’une vie passée au travail, en contraste flagrant avec les tableaux des femmes riches qui montrent leurs mains délicates, des mains employées pour ne rien faire tout au long de leur vie. Contrairement aux peintres de la noblesse, connus pour transformer la réalité et pour flatter leur sujet, Duparc cherchait ses modèles elle-même, et ne dissimulait pas la vérité de leur situation. Cela se retrouve dans la qualité réaliste et même photographique, de son travail.

Destination Langues Marseille Beaux-Arts Duparc

On a été ensuite transportés dans des terres lointaines par les artistes Jose Silbert et Maurice Bompard. Comme Mika nous l’a rappelé, à une époque bien avant que la télévision et Internet nous donne un aperçu de chaque coin du monde depuis notre confortable chez nous, les gens voulaient à tout prix voir de  l’exotisme. Un exemple de cet engouement c’est ‘Le Montreur de Aras’ de Silbert. Cependant, selon notre guide, il l’aurait simplement imaginé, l’artiste n’aurait jamais vu cet homme qui exhibe ses oiseaux magnifiques.

 

 

Un autre exemple d’un tel exotisme est la ‘Scène de Harem’ de Bompard. Comme les tableaux précédents, le sujet n’a pas été tiré d’expériences concrètes  : il est inspiré d’idées occidentales dépeignant des harems, de belles femmes à la peau exposée ainsi que les idées reçues de l’époque sur l’Orient. Cependant, juste à côté on peut voir que l’artiste est aussi un peintre réaliste à travers son œuvre : ‘Une rue de l’oasis de Chetma qui a une qualité photographique, montrant une scène banale d’hommes groupés dans une ruelle sèche et poussiéreuse.

Destination Langues Marseille Chetma

La collection du musée est extrêmement riche et on en a à peine effleuré la surface ! Ça nous a fait  plaisir de voyager à travers quatre siècles d’art, en seulement deux heures, mais il est certain que nous y retournerons pour voir l’ensemble de l’exposition…

 

De la part de notre groupe, on aimerait remercier Mika et le Musée des Beaux-Arts pour cette visite !  

 

Merci à Julien pour avoir tout organisé !

Rebecca Kennaugh

 

Le Musée des Beaux-Arts, Marseille: A guided tour

 

 

For our most recent cultural trip, the IDL students and Julien were invited to discover Marseille’s oldest museum, the Musée des Beaux-Arts, housed in the Palais Longchamp. The museum, created in 1801, is home to an extremely rich collection of paintings, drawings and sculptures, mostly by Mediterranean artists. There are over 8000 works that span the 16th to 19th centuries. Our dynamic and humorous guide, Mika Biermann, brought to life a select few for us.

 

Destination Langues Marseille Beaux-Arts notre guide

We started off our tour in the room dedicated to one of the most well known artists of the Baroque style, Pierre Puget, who was born and died in Marseille. The eye is drawn straight to his masterpiece, La rencontre d’Alexandre et de Diogène de Sinope’ (the original, made of marble, is kept in the Louvre). It was made for Louis XIV for the Palace of Versailles, and apparently took Puget 18 years to complete! This bas-relief – a technique of sculpting that involves carving into the material to make the work three-dimensional – depicts the anecdotal meeting between Alexander the Great and the philosopher Diogenes of Sinope. The philosopher was known for choosing to live a simple life- close to poverty- in order to criticise the corrupt society he lived in. Puget’s work shows Diogenes refusing anything material from Alexander, instead telling him to get out of his way as he’s blocking the sunlight, « Ôte-toi de mon Soleil ! ». As Mika explained, this makes the sculpture as a gift to Louis XIV rather ironic, considering the king’s nickname; le Roi Soleil (the Sun King).

 

Next door is the Flemish Baroque painter Peter Paul Rubens’ ‘Chasse au sanglier’, a thinly veiled critique of the upper classes. The nobleman leads the hunt, but upon closer inspection his bent sword and awkward positioning on his horse reveal his uselessness. The true source of physical power comes from the hunters who, in the end, will go home empty-handed.

Destination Langues Marseille Beaux-Arts groupe entier.jpg

 

We then made our way up to the first floor, home to the museum’s 18th and 19th century collections. At the top of the two staircases on opposing walls are two great murals by Pierre Puvis de Chavannes that depict the history of the city;Marseille, colonie grecque’, and ‘Marseille, porte de l’Orient’, both 1869.

 Destination Langues Marseille Mika Mural

From the 18th century, we were introduced to the work of a female painter. Making a change from the rather male-dominated museum, Françoise Duparc, the daughter of a well known sculptor from Marseille, donated her paintings to the city of Marseille in her will; the only four found after her death are displayed in the Musée des Beaux-Arts. Her work is humble, and made all the more striking by its placement opposite paintings of the nobility. ‘La Vieille’ shows an old woman hiding her hands, reddened and sore from a life of working, in stark contrast with the paintings of upper-class women with their delicate hands on display, hands used for nothing their whole lives. Unlike the painters of the rich, known for altering reality to flatter their subjects (and hired for this purpose), Duparc sought out her models herself, and didn’t dissimulate the truth of their situation. This can be seen in the realistic and even photographic quality of her work.

Mika Beaux-Arts Noblesse Destination Langues

We were then transported to faraway lands by the artists José Silbert and Maurice Bompard. As Mika reminded us, in an era well before television and the Internet allowed us to have a glimpse of every corner of the world from the comfort of our own homes, people were desperate to see the exoticism of foreign lands. An example of this desire is Silbert’sLe Montreur de Aras’. However, according to our guide, it is simply a product of the artist’s imagination; Silbert never saw the man showing off his beautiful birds.

Beaux Arts Morroccan Destination Langues Marseille

Another example of the ‘exotic’ is Bompard’s ‘Scène de Harem’. As with the aforementioned paintings, the scene was not based on any real life experiences; it is modelled on European ideas depicting harems, beautiful women with plenty of skin on show, and other preconceived ideas of the time concerning the Orient.

Destination Langues Marseille Harem Beaux-Arts

Nevertheless, just next to this painting we can see the artist’s capacities as a realist painter through his ‘Rue de l’oasis de Chetma’. It has an almost photographic quality, showing an everyday scene of a group of men grouped together on a dry, dusty street.

Destination Langues Marseille Rue de l’oasis de Chetma

The museum’s collection is extremely rich, and we barely scratched the surface! We were all delighted to travel through four centuries of art in the space of just two hours, but we will definitely be returning to explore the whole collection …

 

On behalf of the group, I’d like to thank Mika and the Musée des Beaux-Arts for this visit!

Thank you Julien for organising everything!

Rebecca Kennaugh

 

Le Musée des Beaux-Arts:

 

Palais Longchamp

Aile gauche
13004 Marseille

du mardi au dimanche : ­ de 10h à 18h / Tuesday to Sunday: 10am to 6pm

 

Métro: Ligne 2, Cinq Avenues / Longchamp,
Tramway: T2 Longchamp,
Bus: 81

 

 

Advertisements

Une réflexion sur “Le Musée des Beaux-Arts, Marseille: Une visite guidée 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s